[octobre 2018]  

// Nouvelles parutions, nouvelle collection //

collection V2O

(avec le soutien de la région PACA)

 

 La collection V2O est une collection de littérature contemporaine ayant pour but de présenter le travail d'auteurs considérés comme expérimentaux, tant poètes que romanciers. C'est sans doute au cœur du travail d'expérimentation que naît aujourd'hui, la littérature de demain. Nombre d'auteurs de langue française explorent des voies qui s'avèrent fécondes ou non. L’innovation a ses impasses, mais aussi ses tranchées qui sont autant d'avancées.

Les Éditions Vanloo offrent deux collections, comme deux étapes : la collection #oneshot, petit format, textes courts, allant parfois à l’extrême d'une recherche ; puis la collection V2O, format plus classique, destinée à accueillir des textes plus longs et qui se sentent plus aboutis peut-être. Des textes dont la forme n'est pas essentiellement du roman ou même de la poésie. Ces formes ne sont pas des cadres à respecter ou à exploser.

 

 Nous partons du principe qu'une histoire n'est qu'un prétexte pour raconter une histoire du langage, une histoire de comment il bouge la pensée et le désir, et parfois laisse des miettes décisives. V2O est clairement une extension du domaine du laboratoire, pariant sur le fait qu'un certain nombre de textes réputés difficiles sont d'un accès simple et direct, pour peu qu'on se débarrasse des préjugés qui obscurcissent la lecture. 


© Éditions Vanloo 2018
© Éditions Vanloo 2018

Les deux premiers livres de la collection V2O viennent d'arriver.

Barnabas d'Aldo Qureshi est un recueil de poèmes décapant par un jeune auteur dont le premier ouvrage à L'atelier de l'agneau, Made in Eden, a rencontré un très vif succès.

Cas Soc' de Jérôme Bertin, chef de file de l'autofiction en France, auteur phare des éditions Al Dante, styliste hors paire, porte-voix des "dingues et des paumés", l'auteur le plus attachant et le plus tranchant du monde. Avec Célébration il relatait la vie en HP, avec Cas Soc' il poursuit son parcours de rebut de la société, de ce Cas Soc' qui pèse sur lui comme une insulte permanente.

 

 

© Éditions Vanloo 2018
© Éditions Vanloo 2018


 

 - COLLECTION #ONESHOT -

  

 ÉDITO

 

PUBLIER car il n'y a rien de plus impoli à vouloir que ce qu'on écrit soit lu et imprimé. En faisant preuve d'impolitesse on s'expose à la rebuffade, au mépris... à tout ce qu'engendre la grossièreté, en somme. Car la littérature est un commerce comme un autre, les grands auteurs sont polis par le temps, leurs livres sont des icônes, on les adapte au cinéma, tout devient imagerie : du poète fou, des mondes extraordinaires, des longues phrases, de l'intellectuel, de la drogue, de la Beat Generation... Un nom, une image. Un livre impoli c'est celui qui n'est pas encore image, qui y résistera peut-être longtemps, et s'en donnera les moyens : il n'aura pas le « poli » que donnent les ingrédients nécessaires au « bon roman ». Il aura la simple brutalité de rester mal-poli.