Jours de manif à L.A.

Suf Marenda


=/ Extrait en PDF

 

février 2020

Format : 100 x 150 mm

Broché - papier bouffant - rabats

56 pages

ISBN : 9791093160429

 

Prix : 9€ + 1,50€ frais de port

©Maxime Sudol
©Maxime Sudol

 

manifestement, ce #one shot se parle de Los Angelès. rien moins donc que du cœur frappé d’un Occident feu et flammes. L.A., on le sait, est laide comme un cœur. excentrée donc, mais plus à l’Ouest, plus à la droite du monde. et c’est déjà en soi tout un fait politique. dans ce L.A.-là, on te rappelle que le centre est partout, la circonférence ovipare et que tout t’invite en permanence à consentir à l'exploitation bien comprise de toutes les misères. ne restent alors que les fureurs les plus classes. et pourtant, non, ce dont jours de manifs s’échine à te rendre compte, c’est moins de militance et moins d’indignances™ (abandonnées, las, aux demi-tièdes), que de bastons fantasques à mort avec le tout woo hoo angelais. car là-bas, à L.A., les manifs, c’est aussi un commerce très personnel avec : un aéroport, des logements individuels ; et avec partout, des automobiles aberrantes ; des existences décillées et des racismes momifiés ; avec partout, des « à condition que… », de la sécurité chlingueuse ; et avec partout, enfin, tout un Cinéma. partout, de la sorte, et dans jours de manif, j’aimerais te faire comprendre comment et L.A. et suf, se sommes manifestés l’un à l’autre. la question serait bien alors, « woo’s hoo in L.A. ? ». car, rappelle-toi, l’un de nous se devait, un de ces jours, de rendre coup pour coup à ce mytheux™-là.

L'AUTEUR

suf marenda, petit bourgeois sauvage, aurait dû naître in Moscow ou en Alger, à 1974 - mais non. inspirant guest™ au centre d’apo®étique appliquée de Newport Beach (Irvine, CA), il vit et travaille à napalm death.